la nouvelle republique

L'Union nationale des handicapés algériens
«Pour une pension égale au SNMG»

L'Union nationale des handicapés algériens (UNHA)  marque la journée nationale de l'handicapé par une lecture de bilan relatif à ce qui a été réalisé et ce qui demeure encore en suspend pour des raisons diverses C'est lors d'une conférence de presse, tenue hier, au siège de l'UNHA, sis à la Casbah, que le président de l’Union, M. Rezzak Mohamed Nabil, a fait le point sur «le retard qu'enregistre la démarche d'insertion des handicapés dans la dynamique sociale et économique». 
L'handicapé «est tout autant un acteur et pas des  moindres pour le développement» a-t-il déclaré, relevant néanmoins «les barrières morales de part et d'autres et quicontinuent à peser lourdement». Le constat «est alarmant» pour les membres de l'UNHA, «la situation des handicapés après un demi- siècle d'indépendance s'aggrave de jour en jour» lit-on dans leur déclaration à l'occasion de cette journée, dont le mot d'ordre est : «Halte à la commercialisation  des droits des handicapés.» Le président précise que l’ «handicapé n'attend pas cette date pour recevoir un vêtement de jogging ou autre cadeau», mais «nous voulons que ça soit une occasion de faire le bilan»précise-t-il.
Une manière de revaloriser le sens de cette date en vue de relever les insuffisances, les carences et l'absence de mécanismes réels permettant ne serait-ce que d’amoindrir les obstacles du quotidien pour les aider à être autonomes. Les exemples évoqués par nos interlocuteurs qui ne sont pas à l'abri des regards ou méconnus, à savoir des espaces adéquats au niveau des trottoirs, des transports, des infrastructures... pour ne citer que ceux-là. Aussi pour nos interlocuteurs, il est «aberrant que la pension mensuelle  de l'handicapé stagne à 3000DA et  soit versée comme rappel au bout de six mois»  d'où la revendication de l'UNHA de la revoir à la hausse, «10 000DA, le Smig actuel» souligne le président de l'Union,. relevant que les textes du projet de la réconciliation nationale et de la paix, font état de pensions pour les concernés. Ce projet «nous pousse à nous poser des questions sur les raisons qui font que notre pension stagne».
Quant au retard de versement,  «nous attendons la concrétisation de l'engagement pris par le chef de cabinet du ministère des Finances pour le régler», engagement exprimé lors d'une rencontre récente entre les deux parties
Et en vue de porter leurs préoccupations et les démarches à entreprendre pour une meilleure insertion dans la vie sociale, économique et politique, l'Union compte organiser des journées parlementaires ou les débats vont porter sur plusieurs questions dont les textes de la Convention internationale et la législation nationale relatifs à cette frange sociale dont le président relève qu'elle «comprend des aspects positifs et négatifs». Aussi il est notamment prévu une rencontre avec le ministre des Travaux publics en vue d’ «exprimer nos besoins dans ce domaine».
Il est certain que la journée nationale de l'handicapé va être un rendez-vous pour évaluer ce qui a été réalisé... mais ne serait-t-il pas possible de maintenir la continuité tout au long de l'année?
S'il y a volonté politique, son insuffisance à se traduire concrètement ne constitue-t-elle pas le véritable handicap celui qui aggrave tous les autres, qu’ils soient naturels ou accidentels?

 


14-03-2006
Karima Bennour"

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×